La réunion du groupe de travail sur la santé numérique en situation d’urgence COVID-19 aborde le besoin de tests rapides COVID-19 au Canada

La dernière réunion du groupe de travail sur la santé numérique en situation d’urgence COVID-19 basé à Montréal, a eu lieu le 26 février 2021. Le sujet de discussion était l’utilité potentielle du test rapide et du dépistage du COVID-19 au Canada, un sujet important compte tenu de l’impact du COVID-19 sur nos citoyens et notre vie économique et sociale. Et le fait de savoir que, même avec des vaccins efficaces, nous sommes encore loin de pouvoir reprendre une vie normale. 

Y a-t-il une place pour les tests rapides et le traçage dans la stratégie gouvernementale contre le COVID-19 ? Pourquoi les tests rapides n’ont-ils pas été déployés plus largement ? Les différences entre les « tests rapides » peu coûteux basés sur les antigènes et les « tests PCR » plus précis sont-elles bien comprises ? Le manque de fiabilité des résultats et la possibilité d’ajouter de la confusion suscitent des inquiétudes légitimes. Existe-t-il des contextes dans lesquels les tests rapides ont un sens et pourraient être utilisés en tenant compte de leurs limites ?  

Ce ne sont là que quelques-unes des questions abordées lors de la réunion, qui a donné lieu à une discussion animée et excellente entre les participants, un groupe diversifié de leaders d’opinion et d’experts des soins de santé, de la recherche et du monde universitaire, du gouvernement et de l’industrie, travaillant ensemble pour servir l’écosystème et trouver des solutions pour les patients, les travailleurs de la santé et le grand public.  

Un grand merci à tous nos invités, dont le Dr Don Sheppard du CUSM, Sandy White de Rapid Test and Trace Canada et Jennifer Pender-Alves de l’ISED, qui se sont joints à l’un de nos membres fondateurs, le professeur David Juncker, lors de la table ronde animée par Marc Saab, directeur général de BML Technology

De gauche à droite : Dr Don Sheppard, Prof. David Juncker, Sandy White et Jennifer Pender-Alves.  

Bien que certains points controversés aient été soulevés et débattus, les participants étaient pour la plupart d’accord sur le fait que le test rapide n’est pas une stratégie en soi, mais qu’utilisé en complément des mesures d’atténuation existantes (masques, distance sociale, test PCR et vaccination de masse), il peut contribuer à limiter encore plus la propagation.  


Mise à jour du contenu : 4 mars 2021 (15h00) 

Pour faire suite au débat d’experts du 26 février 2021, merci à Jean-François Houle, vice-président du programme Défi d’intervention en cas de pandémie du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), d’avoir partagé le rapport du groupe consultatif d’experts de Santé Canada sur le dépistage et le test du COVID-19.  

Stratégies prioritaires pour optimiser les tests et le dépistage du COVID-19 au Canada. 
En savoir plus sur le comité consultatif d’experts : Groupe consultatif d’experts 
Obtenez le rapport : Télécharger le rapport 

Il est rassurant de constater que les recommandations sont conformes à ce dont nous avons discuté au sein du groupe de travail. Il s’agit notamment de recommandations de déploiement telles que :  

Déployer des tests rapides pour le dépistage 

  • Utiliser des tests rapides dans des groupes sélectionnés pour le dépistage de l’infection. 
  • Effectuez des tests fréquents et confirmez les résultats positifs du dépistage par des tests PCR, le cas échéant. 
  • Utiliser le dépistage à l’aide de tests rapides pour limiter les épidémies dans les lieux de rassemblement et les milieux à haut risque, comme les soins de longue durée. 
  • Tenir compte des exigences opérationnelles pour le déploiement des tests rapides. 

Dans des contextes contrôlés, avec des instructions spécifiques pour les résultats positifs et négatifs, la technologie peut aider à identifier les plus contagieux d’entre nous lorsque le risque est le plus élevé, et que les pré-symptomatiques sont susceptibles de transmettre involontairement. Cela devrait se traduire par une isolation plus instantanée du virus et une réduction du taux de transmission pendant que nous continuons à travailler à la vaccination de masse. 

Restez à l’écoute pour d’autres faits marquants et mises à jour sur les actions à venir, alors que nous faisons de notre mieux pour promouvoir l’utilisation de tests rapides pour aider à gérer la propagation du COVID-19. 

Organisations membres du groupe de travail sur la santé numérique en situation d’urgence COVID-19 
MEDTEQ+, Conseil national de recherches Canada / National Research Council Canada, Fasken, Avisio Qualité, Montréal InVivo, CHUM – Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Université McGill Génie biomédical 

Pour contribuer au groupe de travail COVID-19 sur la santé numérique ou savoir comment nous pouvons vous aider, contactez-nous : Groupe de Travail sur la Santé Numérique en situation d’urgence COVID-19

Si vous souhaitez participer à l’effort visant à promouvoir l’utilisation accrue du dépistage rapide et de la traçabilité : 
Pour en savoir plus sur la façon dont vous pouvez participer à: Test rapide et dépistage Canada.  
Aidez à faire connaître les tests rapides: Offrez vos services bénévolement.


À Propos de BML Technology

Nous comprenons la santé numérique. À I’intersection de la technologie médicale, de la recherche clinique et des soins de santé centrés sur le patient, nous gérons les interactions complexes des intervenants requises pour commercialiser les solutions de santé numériques et gagner leur adoption.

Restez connecté avec BML Technology.
Connectez-vous avec BML Technology sur LinkedIn

BML Technology

À I'intersection de la technologie médicale, de la recherche clinique et des soins de santé centrés sur le patient, nous gérons les interactions complexes des intervenants requises pour commercialiser les solutions de santé numériques et gagner leur adoption.